Original comic by Alison Bechdel, Dykes to Watch out for,

Le test de Bechdel

En 1985, Alison Bechdel a crée dans sa bande dessinée "Dykes to  watch out for" 3 règles claires expliquant ce qu'il faut pour qu'un film soit minimalement intéressant pour les femmes.

Ces trois règles sont:

  1. Le film doit avoir au moins 2 femmes (soit 2 personnages féminins ayant un nom)
  2. Qui ont une discussion entre elles
  3. A propos de quelque chose d'autre qu'un homme

Le test est important, car au bout du compte, il s'agit de traiter les femmes comme étant "des sujets et non des objects" (citation de Alison Bechdel).

Le test est important car il montre l'importance que le scénariste (souvent des hommes) et le réalisateur (qui sont vastement majoritairement des hommes) accorde aux femmes.

FiveThirtyEightLife a fait un rapport montrant que les films passant le test font en général plus d'argent que ceux qui échouent.

Mes scénarios

Dans ma trilogie Statique, les trois films passent le test et pas seulement superficiellement: Sophie Lachanche et Sonia Pitfield ont une bonne conversation durant le premier film. Sonia et Ming Lee ont de multiples conversations dans le second et Sonia retrouve sa belle soeur Sophie. Le coeur de la conclusion de la trilogie échoue le test, mais la situation initiale et le climax passent individuellement.

Certains de mes kinos passent le test, mais il est plus difficile de passer le test lorsqu'il n'y a que 2 ou 3 acteurs.

Dans le cas de Cauchemard, par exemple, il n'y a que deux personnages visiblent à l'écran qui porte un nom: un père et sa fille.

Dans pile ou face, les personnages féminins ont une certaine place, mais individuellement.

Le problème c'est que j'essaie non pas de passer le test artificiellement mais plutôt de façon honnête et respectueuse.

Un problème avec le test de Bechdel

Je dois toute fois admettre que le test a ses failles. Un film comme Men of Steel oû les femmes sont superfielles et unidimensionelles passent le test alors que d'autres films ont des femmes bien définie sans qu'elles interagissent ensemble.

Personellement, je pense qu'il vaut mieux des femmes traitées respectueusement en échouant le test, que des poupées surperficielles qui parlent de la météo durant une scène pour artificiellement passer le test.

Mais qui suis-je pour juger? Je suis un homme après tout.

D'une façon ou d'une autre, je tente de faire ma part pour laisser sa place aux femmes dans mes textes: 2 des trois films de ma trilogie statique ont une protagoniste principale et j'essaie d'éviter d'écrire des femmes unidimentionelles qui ne sont qu'une mère, une épouse ou un intérêt amoureux.

Ce n'est pas juste par respect des femmes: c'est aussi parce qu'en tant qu'homme, il m'est naturellement plus facile d'écrire au homme avec ses doutes et ses facettes multiples car je peux puiser à l'intérieur de moi.

J'essaie donc de donner aux personnages féminins de mes histoires la même considération qu'aux autres.